spaceplane1Les nouveaux scooters sous-marins space plane ont été essayé par en 2007.

Le scooter est composé de 2 propulseurs qui se placent le long de la bouteille et d’un boitier de commande, le tout d’un matériau type PVC qui m’apparait fragile dès les premières minutes.

Le boitier de commande est simple et semble facile à utiliser. Il est à noter qu’il faut se fabriquer soi-même un clip de fixation sur le gilet car le boitier en est dépourvu.

Le compartiment de batterie, qui se situe en haut de chaque propulseur, est très facile d’accès.

Le chargeur de batterie permet de recharger les deux packs à la fois.

La mise en place des propulseurs doit être rigoureuse et n’est pas facile. Le gilet a du mal à trouver sa place sur la bouteille. De plus, le cordon de la purge basse a tendance à se glisser entre les hélices.

Le poids de l’ensemble pour les mises ou les sorties d’eau peut être pénalisant suivant la morphologie des plongeurs, notamment si l’on doit utiliser sur des échelles de bateaux.

Une fois sous l’eau, le poids se fait oublier.
Les propulseurs sont faciles d’utilisation. Le corps doit juste trouver sa position naturellement. Comme l’ensemble gilet / bouteille nous propulse, il est difficile de conserver une position hydrodynamique en gardant la tête en extension. La position « sur le dos » est pratiquement impossible sur de longues distances.

spaceplane9La sélection des vitesses se fait sans aucun problème, même si la majorité du test s’est déroulé à vitesse rapide. Nous avons eu une autonomie de 32 minutes (temps moyen pour les 3 scooters). Lorsque les deux propulseurs ne fonctionnent plus à la même vitesse (décharge des batteries), il devient alors difficile de naviguer en ligne droite.