corail

Ce samedi, changement de cap, je me vide la tête, je lâche le clavier et je file sous l’eau … Après 15 minutes de zodiac sur une mer peu agitée, le soleil déjà haut dans le ciel, je m’immerge, je descends dans le bleu … j’adore cette expression, tout autant que l’action …
Je quitte le monde bruyant et agité, et me laisse envelopper par le bleu de l’Atlantique, les sons sont atténués, tout est plus lent, plus calme.

Arrivée sur 20 mètres de fond, j’aperçois deux raies tapies sous le sable en guise de bienvenue, elles décollent et s’envolent vers le large, je les suis du regard et continue ma plongée. Puis le fond sableux se transforme en roche, et là, je me retrouve au dessus d’une marche géante, le sommet affleurant à 25 mètres … alors que le bas se trouve à plus de 40, cette roche est couverte de corail noir.

J’ai rarement vu du corail noir dans ma vie … dans la nature j’entends, car j’en ai souvent vu au cou des plongeurs (TIKI tahitiens), en boucles d’oreille pour ces dames … ce sont comme des petits bouts de pierre lisse et tubulaire. La première fois que j’en ai vu sous l’eau, il y a quelques mois, j’ai été fort surprise quand à la sortie de l’eau on m’a expliquée que les espèces d’algues / gorgones verdâtres étaient en fait du corail noir … le corail noir se présente comme des arbustes avec de nombreuses ramifications qui peuvent atteindre jusqu’à deux mètres d’envergure, et en réalité c’est son ossature ou squelette qui est calcaire et noire…

Ce samedi, j’ai pris mon appareil photo… je suis à 30 mètres de profondeur, les couleurs ont en fait disparues (le rouge, puis le jaune), le corail noir m’apparaît de alors de ce même verdâtre / kaki bleuté que la dernière fois, je me stabilise, compose la photo et appuie sur le bouton … et là, surprise … la lumière du flash me révèle un orange éclatant !

Merci à Paul Eluard.

Lieu : Tenerife - Las Galletas - El Condesito